Salta al contenuto principale

\"Principal De Collège Ou Imam De La République"

ou imam de la republiqueFranceLe prédicateur salafiste expulsé vendredi par la France vers l'Algérie n'est pas recherché dans son pays et a été laissé en liberté à son arrivée. Militant dans la mouvance islamique radicale dans sa jeunesse, T. Oubrou prône aujourd'hui l'adaptation d'un islam « « décongelé » à « la couleur de notre époque ». Par un travail d'interprétation, l'imam modéré met toute son énergie au service d'une entreprise théologique d'« intégration de l'islam, comme religion, dans le paysage de la République».

Sa mission est « d'engager la réflexion et l'effort intellectuel sur la contextualisation de la pratique religieuse en France » et de préparer « un contre-discours basé sur un argumentaire théologique solide, en réponse aux discours véhiculés par certains et qui circulent sur les réseaux sociaux, notamment auprès des jeunes ». Ce « Conseil théologique », tout en disant vouloir respecter la diversité de l'islam de France, envisageait aussi l'instauration d'une « certification des imams » afin de remédier au fléau des imams auto-proclamés et de rassurer les pouvoirs publics.islam de france

Ainsi, l'Union des Organisations islamiques de France (UOIF, devenue Musulmans de France en avril 2017), s'inspire des Frères musulmans ; Foi et Pratique représente le Tablighi Jamaat (Association pour Ayman TR la prédication), mouvement prosélyte et littéraliste qui a beaucoup œuvré à la réislamisation des immigrés ; le salafisme se fonde sur le wahabisme, l'idéologie officielle de l'Arabie-Séoudite.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a demandé aux préfets d'organiser des « Assises territoriales de l'islam de France ». Pour le président du conseil régional du culte musulman, « tout ce qui peut contribuer à une meilleure connaissance, au dialogue, est une bonne idée ». Le financement des mosquées et la formation des imams figureront aussi au cœur des débats.

On entend sans cesse des musulmans dire : "ah, mais les écoles juridiques ont établi ceci, cela", et chercher, par cet argument d'autorité, à clore le débat, alors que la connaissance du travail extraordinaire accompli par les jurisconsultes des premiers siècles devrait au contraire pousser tout le monde à continuer la réflexion, à s'inscrire dans cette lignée ô combien flamboyante, ô combien riche ; bref, à débattre encore et toujours, comme ils l'ont fait.

Answer this question or make your own

Il contenuto di questo campo è privato e non verrà mostrato pubblicamente.